LOGO

Association pour la Promotion des Enclos paroissiaux de la Vallée de l'Elorn

GUI

Saint-Servais

Saint-Servais et son clocher


C’est le 25 août 1587 que l’évêque de Saint-Pol, Roland de Neufville – originaire de Lampaul-Guimiliau et qui fut le grand évêque de la réforme tridentine de 1563 à 1613 – donne son accord à Alain de Poulpry, recteur de Plouvéventer, pour fonder la trêve de Saint-Servais.
Toutefois, Saint-Servais n’obtiendra sa qualité de trêve à part entière – c’est-à-dire avec droit de fonts baptismaux – que le 23 janvier 1678. Saint-Servais deviendra paroisse lors du Concordat.


De l’autre côté de l’Élorn, jusqu’à la Révolution, il n’y eut qu’une seule paroisse, Ploudiry. Elle s’étendait de Landivisiau à Landerneau (Loc-Eguiner, La Martyre, La Roche, Pencran, Saint-Julien). Toutes sont devenues paroisses lors du Concordat, sauf Saint-Julien qui a été intégrée à la paroisse de Landerneau.


La date la plus ancienne inscrite dans la pierre à Saint-Servais est 1548. Elle figure sur le socle qui porte le calvaire.
Le clocher de type léonard avec ses deux chambres de cloches superposées atteint 36 mètres.
Au-dessus de la porte ouest, en dessous des trois niches, on peut lire sur la frise : le 16 mai fut commencée cette ... 1610.
Sur une des cloches : « Guillaume m’a fait... 1785 ».
Sur une autre cloche : « 1892 Y’D et Annette Abhervé », parrain et marraine de la cloche. Y’D est l’abréviation de Yan’Dargent.